Developed in conjunction with Ext-Joom.com

INFOS FLASH
ANNABA / ACCIDENT DE LA ROUTE - samedi 10 octobre 2015 18:04
ANNABA/ URGENCES MEDICALES - vendredi 25 septembre 2015 16:57
ANNABA / FOURNITURES SCOLAIRES - vendredi 11 septembre 2015 17:55
Ligue des Champions de l’UEFA - vendredi 28 août 2015 16:58
ANNABA / PRODUCTION AGRICOLE - dimanche 16 août 2015 17:28
mardi, Oct 13 2015

Des artistes algériens prendront part au «Forum international de l’art contemporain nord-africain», prévu du 15 au 18 octobre à Londres (Grande Bretagne) sous le thème «Sahara», a annoncé la presse britannique.
Les artistes Kader Atia, Zineb Sedira, Zoulikha Bouabdellah, Yazid Ouleb et Massinissa Selmani seront présents à ce forum, avec des oeuvres dans les domaines de la sculpture, le dessin, et la photographie, entre autres.
La thématique du «Sahara», lien frontalier invisible, entre les pays de l’Afrique du Nord d’une part et l’Afrique subsaharienne d’autre part, souvent considéré comme une fracture et un point de séparation culturel entre les deux régions, sera abordée lors de ce forum.

lundi, Oct 12 2015

Dans «Les armes de la Liberté» qui vient de paraître aux éditions Rafar, le moudjahid Mohammed Boudaoud, dit Si Mansour, livre sa précieuse contribution à l’écriture de l’histoire de la guerre de libération nationale, en apportant des éclairages inédits sur la lancinante question de l’approvisionnement des maquis en armes.
«Les armes de la Liberté» offre à lire les mémoires et témoignages du moudjahid Mohammed Boudaoud dit Si Mansour, recueillis et rédigés par les journalistes Mustapha Ait Mouhoub et Zoubir Khelaifia et résumant son engagement d’officier dans les rangs de l’Armée de libération nationale (ALN).
Celui qui fût chargé de la coordination des cellules clandestines du FLN au Maroc pour l’achat et l’acheminement des armes apporte ainsi sa contribution à l’écriture de l’histoire de la guerre de libération nationale à travers ses activités à la tête de la direction de la logistique ouest (DLO).
Une structure comptait un effectif total de 300 membres (la liste exhaustive est présentée en annexe). Trois d’entre eux M. Bounzou, Hamdane Ahmed et Said Ramdani évoquent leurs missions respectives au sein de cette section, enrichissant ainsi les données fournies par Si Mansour.
En consignant ses mémoires, Si Mansour apprend, de prime abord, à ses lecteurs que son destin révolutionnaire a été favorisé par une famille de révolutionnaires, dont le café algérois était réputé pour être une «plaque tournante» du militantisme indépendantiste, comme souligné par l’historien Daho Djerbal, dans sa présentation de l’ouvrage.
De Taouarga à Rabat
Son éveil «précoce» au nationalisme prend ainsi racine dans son village natal de Taouarga (Tizi-Ouzou), plus précisément depuis sa première rencontre avec le Parti du Peuple algérien (PPA) en 1943.
Dés 1946 et à l’âge de 19 ans, il décide de donner un nouvel élan à son militantisme en ralliant la capitale. Enrôlé dans l’Organisation secrète (OS), il fût chargé en 1950 par Hocine Ait Ahmed d’y effectuer sa première action, celle de préparer un commando pour libérer l’un de ses membres Bennai Ouali, lors de son transfert de la prison de Bordj-Ménaiel vers Alger.
A partir de juin 1955, il fût mis en contact avec Amar Ouramdane, alors chef de la zone IV, qui le chargea de se rendre au Maroc afin d’y procurer des armes, sous couvert d’activités commerciales.
Au fil des chapitres il raconte les longues et laborieuses péripéties d’acquisition et d’acheminement des armes depuis le voisin de l’ouest jusqu’aux maquis de l’ALN, mettant en exergue le caractère périlleux d’un tel processus pour ceux qui s’y sont engagés.
Dans une illustration photo fournie par Si Mansour, on découvre un Yaici Abdelkader (dit Nouasri) amputé des mains: en 1959, il reçut un colis piégé par les Services de documentation extérieure et de contre-espionnage (SDECE) à Francfort (Allemagne) alors qu’il était désigné par le colonel Ouamrane comme chef de la Mission de prospection et d’achat d’armes (Mission Europe).
Les grenades «anglaise et américaine»
Dans le chapitre consacré aux «ateliers des Armes de la Liberté», le témoignage retrace l’histoire de la création en 1956 de la première fonderie ayant fabriqué un modèle de ce qui était appelé «grenade anglaise», puis sur demande de Abdelhafidh Boussouf et de Houari Boumediene, la «grenade américaine».
Outre les récits dont il regorge à ce sujet, l’ouvrage est, par ailleurs, enrichi des copies de documents authentiques dont des rapports et ordres de missions, un message de «félicitations» adressé au concerné par le ministre des liaisons générales et des communications, Abdelhafid Boussouf, à la suite d’une de ses missions couronnées de succès, etc.

lundi, Oct 12 2015

Le Directeur de l’Office national de gestion et d’exploitation des biens culturels protégés, Abdelouahab Zekagh a annoncé dimanche à Alger le lancement le 29 septembre, d’un appel d’offre national et international, en direction des bureaux d’études pour l’élaboration d’une étude sur «la réalisation d’un musée souterrain et la valorisation des vestiges archéologiques révélées suite aux fouilles de la place des martyrs».

dimanche, Oct 11 2015

Massinissa, premier roi de la Numidie unifiée, était «de retour», samedi soir, à Cirta grâce à la pièce «El hob el mafkoud» du Théâtre national algérien (TNA), présentée en avant-première dans le cadre de la manifestation «Constantine capitale de la culture arabe».
Cette nouvelle fresque du TNA Mahieddine-Bachtarzi, d’une durée de 90 minutes, traite, au moyen de tableaux artistiques lumineux, un pan important de l’histoire tumultueuse de la ville de Constantine et «rend» l’âpreté des batailles livrées par celui qui s’efforça, sa vie durant, de faire de la Numidie un pays unifié et indépendant.

dimanche, Oct 11 2015

Les jeunes dessinateurs Kawther Touahria et Racim Bey Benyahia ont reçu respectivement les prix du meilleur espoir scolaire et celui du meilleur jeune talent des concours nationaux du 8e Festival international de la bande dessinée d’Alger (Fibda) qui a pris fin samedi.
Le jury de ces concours présidé par le plasticien et journaliste Jaoudet Guessouma a attribué les deuxième et troisième prix du concours jeune talent respectivement à Mohamed Reda Bari et Nadjib Laïb alors que les deux autres prix de la catégorie espoir scolaire sont revenus à Yasmine Aboura et Tarek Meddahi.
Plusieurs mentions du jury ont également été attribuées à de jeunes dessinateurs en guise d’encouragement à l’instar du prix de l’originalité revenu à Nesrine Aboura, le prix du scénario attribué à Daoud Ibrahim ou le prix du dessin accordé à Yazid Torchi.

samedi, Oct 10 2015

Le CCIH a choisi d’entamer sa saison culturelle en mettant à l’honneur le film documentaire. Fidele à sa coutume comme un espace culturel hétéroclite, Dar Sébastian qui fait partie intégrante de l’identité de la ville de Hammamet a ouvert son espace pour des jeunes cinéastes ambitieux, qui y ont résidé. Ces jeunes ont contribué par leur énergie et exceptionnelle créativité à faire de ce lieu et de Hammamet un territoire, de rencontres et de partage.
De cette résidence, un projet ambitieux a vu le jour, porté par Africa doc et 5/5 production et appuyé par le CCIH, il s’agit de l’organisation d’une manifestation, intitulée « Projet de film », qui se déroulera du 9 au 11 octobre 2015.
Ces rencontres ambitionnent de permettre aux jeunes réalisateurs, de faire de ces journées, un espace de discussion, d’échange et d’analyse avec les autres participants, les professionnels, les cinéphiles…
Le cinéma documentaire, représente une forme d’expression artistique engagée, essentielle à la compréhension de notre société moderne. Ce projet permettra de découvrir des œuvres uniques et diverses qui doutent et questionnent la société et l’individu, le tout ancré dans un esprit de débat, de partage et d’amour pour le Cinéma.
Au programme, des Projections,des debats et des rencontres avec lauréat de la résidence d’écriture du film organisé par Africadoc et 5/5 Productions Sami Belhaj -Aymen Yaakoub - Karim Belhadj - Youssef Ben Ammar - Mahmoud Osman Turki - Awatef Ridene qui seront accompagnés par le cinéaste Jean-Louis Gonnet.
Ces Rencontres du cinéma documentaire se dérouleront au centre culturel international de Hammamet Maison de a Méditerranée pour la culture et les arts du 9 au 11 octobre 2015.
Programme:
Vendredi, 09 octobre
16H30 «Docs mémoire»
Débat sur « doc et mémoire »
Projection de deux films documentaires de Hichem Ben Ammar
« L’Alfa comme l’or » de Hichem BEN AMMAR, 15 min, 2012
Dans la steppe de Kasserine, les femmes qui arrachent l’alfa selon une technique ancestrale, subviennent très durement aux besoins des familles qui sont à leur charge. Cette activité épuisante et très mal payée ressemble à un esclavage moderne.
« La mémoire noire, témoignages contre l’oubli » de Hichem Ben Ammar.
Ce documentaire traite de la torture dans les années 80 du temps de Bourguiba à travers des témoignages de quatre militants politiques du mouvement « Perspectives Tunisiennes » emprisonnés durant des années et victimes de tortures durant leurs interrogatoires ».

Page 2 sur 185